La Révélation des Fils de l’Homme

 Nous vivons un temps de révélation voulue par Dieu pour qu’Il soit Lui aussi révélé au plus grand nombre. Pour cela je comparerai cette expérience à celle d’une photographie prise à un instant avec un appareil argentique et le procédé de tirage de celle-ci, opération qui se faisait en 5 étapes, demandant patience et persévérance.

1.           La Prise de vue

Dieu à pris une photographie du monde, de l’Eglise, de notre assemblée, de chacun. Psaumes 46 : (10)11 Arrêtez, et sachez que je suis Dieu! Je domine sur les nations, je domine sur la terre.  C’est comme si Dieu nous avait dit « Plus personne ne bouge, je déclenche la prise de vue » et tout à coup la terre est figée, prise en photographie. Puis nous recevons un négatif de cette photo et le mot négatif a tout son sens car ce qui arrive est perçu par la majorité comme une catastrophe.

2.           L’exposition

La technique de la photo argentique consiste à éclairer le négatif à l’aide d’une lampe et de lentilles optiques sur une feuille de papier photographique pour qu’il y soit restitué en positif l’image du négatif. En gros il faut un éclairage pour différencier les couleurs et leur intensité et des loupes pour régler la netteté. Le monde entier cherche à comprendre ce qui se passe que d’un point de vue global, mais aussi de celui de chaque nation, de chaque entreprise, organisation, assemblée religieuse et de chaque individu. A chaque niveau on a en main un négatif à décrypter.

2.1.               Quel éclairage ?

Partout nous voyons des enquêtes, des chiffres, des courbes qui sont autant de projecteurs venant du monde pour essayer de comprendre ce qu’on devient, ce qu’on est : le monde se réduit à des malades, des morts, des clusters, des personnes à risques, des plus de 70 ans, des moins de 70 ans,  des soignants et des confinés. Mais nous avons une autre lumière qui nous est donnée dans la lecture de la Parole de Dieu et qui nous donne une autre image, celle d’un monde qui s’est éloigné de Dieu, qui s’appuie sur ses propres forces. Esaïe 52 : 5  Et maintenant, qu’ai-je à faire, dit l’Eternel, Quand mon peuple a été gratuitement enlevé ? Ses tyrans poussent des cris, dit l’Eternel, Et toute la durée du jour mon nom est outragé.
  • Sa parole nous donne clairement une vision autre de la réalité de ce monde.
Esaïe 54 : 1  Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, Même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez et mangez, Venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer ! 2  Pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui ne nourrit pas ? Pourquoi travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Ecoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon, Et votre âme se délectera de mets succulents. 3  Prêtez l’oreille, et venez à moi, Ecoutez, et votre âme vivra : Je traiterai avec vous une alliance éternelle, Pour rendre durables mes faveurs envers David. 4  Voici, je l’ai établi comme témoin auprès des peuples, Comme chef et dominateur des peuples. 5  Voici, tu appelleras des nations que tu ne connais pas, Et les nations qui ne te connaissent pas accourront vers toi, A cause de l’Eternel, ton Dieu, Du Saint d’Israël, qui te glorifie. 6   Cherchez l’Eternel pendant qu’il se trouve ; Invoquez-le, tandis qu’il est près.

2.2.               Quelles loupes ?

Les optiques que le monde associent à sa lumière sont typiquement divergentes et l’analyse de la situation actuelle faite par les médias, et en particulier les réseaux sociaux, est totalement contradictoire, faussée, déformée. Face au COVID-19 les stratégies utilisées par chaque pays sont différentes, parfois même opposées entre gouvernement et autorités de santé,  les traitements aussi,  parce que les hommes s’appuient sur leur force et leur ego, cherchant même parfois à profiter de la situation. Mais ce que nous apprend la parole peut être vu au travers de nos dons de discernement, de prophétie, de connaissance, personnellement ou de nos frères et sœurs en Christ. Nos optiques sont celles que nous avons reçues par les dons du Saint-Esprit. Mettons-les en action même si la révélation vient dans l’étape suivante. Romains 8 : 26  De même l’Esprit aussi nous vient en aide dans notre faiblesse. En effet, nous ne savons pas ce qu’il convient de demander dans nos prières, mais l’Esprit lui-même intercède |pour nous| par des soupirs que les mots ne peuvent exprimer.

3.           Le bain de révélateur

Lorsque le papier photographique a été exposé il faut par la suite le tremper dans un bain chimique qui va provoquer une réaction et faire apparaître l’image sur le support. Le facteur temps est très important, il y a une durée minimale pour commencer à distinguer l’image et une maximale au-delà de laquelle l’image disparaît dans le noir.

3.1.               L’image :

Le confinement que nous vivons c’est ce bain de révélateur dans lequel on trempe la photographie exposée, et l’on voit que Dieu veut nous rappeler en premier à tous que nous sommes faits à son image. Le projet de Dieu était dès la création que nous soyons à son image : Gen 1 : Genèse 1:26  Puis Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Genèse 1:27  Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme Et cette image nous a été rappelée quand Il nous a envoyé son fils fait homme : Colossiens 1:15  Il est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création Mais le péché est venu détruire cette image ou plutôt la déformer au point qu’Adam et Eve ne supportaient plus leur nudité : Genèse 3 :7 7  Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. Qu’est-ce que Dieu révèle au monde dans sa globalité ? Cette période de confinement révèle ainsi un certain amour du prochain dans le monde. Les élans de solidarité sont multiples et relayés par les médias. Ils ne sont pas l’apanage de chrétiens et catalysent d’autres actions tous les jours. La réaction de la majorité des gouvernements est de privilégier la vie des personnes plutôt que l’économie du pays alors que des voix avancent que l’effondrement des marchés apportera encore plus de morts. C’est la nature divine de l’homme qui triomphe en ce moment. Nous découvrons que l’amour du prochain est plus présent qu’on aurait pu l’imaginer, mais il manque encore l’amour du Père. Qu’est-ce que Dieu veut nous révéler à nous en particulier ? Dans notre cas c’est l’image que le Seigneur veut nous révéler pour nous-mêmes en temps qu’enfant de Dieu, mais aussi épouse, mari, père, mère, fille ou fils, mais aussi pour notre assemblée dans le plan qu’Il a prévu pour chacun et pour la communauté. Jésus s’est révélé à nous lors de notre nouvelle naissance, et ce temps qu’Il nous donne à présent, que ce soit dans un repos forcé ou un au contraire dans un travail accru au service des autres, doit nous conduire à révéler Jésus en nous à ceux qui sont autour de nous : Jésus est en train de répandre des dons parmi nous, des jeunes ont des songes et des moins jeunes des rêves. De nouvelles compétences apparaissent avec des initiatives nouvelles. Notre patience, notre foi, notre persévérance, notre amour, toutes ces qualités qui sont les fruits de l’Esprit sont révélés ou pas au cours du confinement comme l’image dans le bain de révélateur. Romains 8 : 5  En effet, ceux qui se conforment à leur nature propre se préoccupent des réalités de la nature humaine, tandis que ceux qui se conforment à l’Esprit sont préoccupés par ce qui est de l’Esprit. 6  De fait, la nature humaine tend vers la mort, tandis que l’Esprit tend vers la vie et la paix. 7  En effet, la nature humaine tend à la révolte contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu et qu’elle n’en est même pas capable. 8  Or, ceux qui sont animés par leur nature propre ne peuvent pas plaire à Dieu. 9  Quant à vous, vous n’êtes pas animés par votre nature propre mais par l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.
  • Invitons le Saint-Esprit même si cela peut nous paraître difficile, et prenons un bain de révélateur avec Lui pour retrouver l’image de jésus en nous et nous préserver de l’image de la bête :
Apo 14 : 9  Et un autre, un troisième ange, les suivit en disant d’une voix forte: « Si quelqu’un adore la bête et son image et s’il reçoit la marque sur son front ou sur sa main, 10  il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau. 11  La fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et tous ceux qui reçoivent la marque de son nom. » 12  C’est ici qu’est nécessaire la persévérance des saints qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus.

3.2.               La durée

Si pour la majorité des personnes dans le monde ce temps est une épreuve avant tout physique qui révèle leurs peurs, leur manque qu’ils vont cacher soit dans l’isolement total, soit dans un dévouement lui aussi total, pour nous chrétiens Dieu veut nous révéler notre degré de foi, notre degré d’amour à son égard et nos forces pour le projet de vie qu’il a pour nous. Nous ne connaissons pas le temps que dure cette situation même si des annonces sont faites pour répondre au besoin d’avoir un cadre pour gérer cette situation. Là encore c’est Dieu qui est maître du temps mais la chance que nous avons c’est que Dieu veut bien reprendre notre photo si nous n’en sommes pas satisfaits et effacer la première avant de repasser par une phase d’exposition puis de révélation jusqu’à ce que nous soyons en accord avec Lui de notre image. Ne perdons pas notre temps dans ce qui n’a pas d’importance aux yeux de Dieu, mais prenons le temps qu’il faut avec Lui. Ce temps est bien entendu un temps de cœur à cœur en prière avec Lui autant qu’il le faut : Matthieu 6 : 6  Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

4.           Le bain d’arrêt

Lorsque l’image est apparue comme nous l’attendions, il faut tremper le papier photographique dans un bain d’arrêt pour arrêter le processus et éviter que l’image continue de noircir. C’est une phase très courte, de quelques secondes. Pour le monde le bain d’arrêt sera la fin du confinement physique. Mais là cela ne doit pas signifier la fin de notre confinement avec Christ qui est un temps que nous pouvons vivre sur une autre  période et répéter autant de fois que possible. Notre bain d’arrêt sera le moment qui marquera notre décision de tout abandonner pour suivre Christ, et ce sera notre décision lorsque nous aurons l’image que Dieu veut nous révéler en accord avec Lui, au risque si nous ne vivons pas ce moment de voir des zones sombres de notre vie réapparaître sur le tirage photographique. En effet le confinement physique imposé par les autorités est une aubaine pour nous confiner avec Christ, mais il n’est qu’un début ou une étape de ce second confinement et celui-ci pourra être terminé ou toujours durer ou se répéter selon que vous aurez la conviction d’être pleinement celui que Dieu a voulu que vous soyez (ça peut donc encore prendre quelques semaines, voire mois !). La finalité de notre confinement avec Christ doit être aussi le début d’une nouvelle vie de témoignage dans une humanité qui va sortir d’une sorte d’anesthésie temporaire et confrontée à des difficultés peut-être plus difficiles. L’essentiel est que vous ayez accepté en ce temps approprié la démarche de laisser Jésus vous transformer à Son image dans le travail de révélateur qu’Il a entrepris pour l’humanité entière. Romains 8 : 29   En effet, ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à devenir conformes à l’image de son Fils, afin que celui-ci soit le premier-né d’un grand nombre de frères. Qu’est-ce qui peut me garantir de cette conformité à l’image de Christ ? C’est une relation constante et prioritaire avec Dieu notre père pour être cohéritier avec Christ pour :
  • être un avec Lui pour être Son témoin
Jean 17 : 22  Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée afin qu’ils soient un comme nous sommes un 23   — moi en eux et toi en moi —, afin qu’ils soient parfaitement un et qu’ainsi le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.
  • comme Lui, faire ce que nous voyons faire au Père :
Jean 5 : 19  Jésus reprit donc la parole et leur dit: « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu’il voit le Père accomplir. Tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. 20  En effet, le Père aime le Fils et lui montre tout ce que lui-même fait, et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement.
  • et pour faire quoi ? Des œuvres encore plus grandes :
Jean 14 : 12   En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes, parce que je vais vers mon Père.

5.           Le fixateur

La dernière opération du tirage photographique et celle de la fixation de l’image pour garantir qu’elle ne se dégrade pas avec le temps. C’est un autre bain chimique plus ou moins long et qui va permettre une longue conservation de la photo. Cette étape est souvent oubliée ou écartée par les amateurs en photographie car il a une belle image devant lui qui semble aboutie et qui ne bouge plus. La belle image que certains auront du monde à la sortie du confinement risque de jaunir très vite car ce que Dieu aura révélé ne restera pas forcément fixé, le monde se comportant typiquement comme l’amateur : Matthieu 14 : 14  Et pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe : Vous entendrez de vos oreilles, et vous ne comprendrez point ; Vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez point. D’aucun prédise que le monde aura changé après le COVID-19 en avançant toutes les initiatives prises de solidarité, de développement durable, d’écologie, mais le monde change tout le temps. Il n’était déjà plus le même après les 2 premières guerres mondiales et pourtant un nouveau génocide s’est produit au Rwanda, il était encore moins le même au lendemain de l’attentat des tours jumelles et cela n’a pas empêché les attentats de Paris 14 ans après. En toute rigueur un tirage photographique même fixé va pourtant continuer à bouger et le vrai professionnel qui veut conserver son œuvre va procéder régulièrement à de nouveaux bains de fixateur. Evidemment ce que nous souhaitons tous en tant que chrétiens c’est d’être le plus professionnel possible dans cette étape pour garder une image éternelle pour Dieu telle qu’Il l’a prévue pour nous. Mais en réalité c’est une vie avec Lui pour devenir conforme à l’image du Fils de Dieu, une vie éternelle qu’Il nous promet et qui nous attend après son retour. Le fixateur ultime sera celui que le retour de Christ produira. A nous de garder l’image intacte jusque là avec l’aide du Saint-Esprit dans des bains réguliers avec Lui. Il agit en premier comme révélateur et en second comme fixateur dans l’entretien de notre relation avec Jésus. Pour ceux qui n’ont pas connu une nouvelle naissance, seul le fixateur que peut répandre le Saint-Esprit en révélant Jésus dans le cœur de tous ceux qui ont découvert l’amour du prochain dans cette période, pourra faire perdurer cette entraide et solidarité envers les plus démunis, et notre témoignage dans ce vécu en parallèle y contribuera. Alors laissons le Seigneur faire son œuvre en nous et préparons-nous à être ses instruments de paix et de joie pour Sa gloire et avec Lui. Romains 8 ; 18  J’estime que les souffrances du moment présent ne sont pas dignes d’être comparées à la gloire qui va être révélée pour nous. 19  De fait, la création attend avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.      

Le jour d’après – quelle société et quel monde allons-nous trouver ?

Le jour d’après – quelle société et quel monde allons-nous trouver ? ou réformer ?

1.           Quelles paroles avons-nous reçues ces dernières semaines ?

Les orientations que nous avons partagées sont :

  • De Rester unis – entre nous – faire bloc dans l’amour et la prière

Jn 13 : 34  Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.
35  A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.

  • De ne pas craindre – Ne craignez pas –
    Ps 91 – Dieu protège ses enfants – ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’épreuves

Ps 91 : 1 Celui qui demeure sous l’abri du Très-Haut Repose à l’ombre du Tout Puissant.
2  Je dis à l’Eternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !
3  Car c’est lui qui te délivre du filet de l’oiseleur, De la peste et de ses ravages.
4  Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.

Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,
Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.
7  Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ;

  • Il y a une œuvre qui éprouve ce qui est dans le monde et sonde les vies des personnes

1Pi 4 : 17  Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu ?

  • De rester ancrés sur le Roc Jésus – Mat 7 et de veillez à la façon dont on se comporte – Mat 5 & 6

Mat 7 : 24  C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.
25  La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison : elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc.

  • De nous humilier pour la nation et de chercher la face de Dieu – implorer la grâce et le pardon

Voir l’exemple d’Abraham devant Sodome et Gomorrhe
ou l’intercession de Daniel pour le pays.

  • De sortir du mode de vie et de pensée de ce monde impie, indifférent à Dieu, et nous sanctifier

2Cor 6 : 16  Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
17  C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
18  Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.

2Cor 7 : 1  Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.

  • De rester solidaires : entre nous ET avec les hommes qui souffrent dans ce monde et veulent trouver une espérance

Phi 2 : 3  Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes.
4  Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres.
5  Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,

Les semaines passent, nous pouvons ressentir un sentiment de fatigue ou de découragement, MAIS  :
Veillons à garder l’espérance que Dieu veille sur nous et que les difficultés du temps présent passeront
Restons PATIENTS et PERSEVERANTS pour manifester ces directions reçues.
GARDONS LES REGARDS SUR DIEU ET TOURNES VERS DEMAIN AVEC ASSURANCE
Nous avons reçu des directions dans ces temps  –>  Mais qu’en est-il pour la suite ?

2. Quel monde existera après la crise ? Lequel voulons nous ? auquel travaillons-nous ?

  • Dans ces temps troublés, les choses qui semblaient « établies » sont ébranlées, ou arrêtées, ou carrément détruites.

Dieu exerce sa colère sur les actes mauvais des hommes – Il éprouve les choses et nous aide à voir ce qui est utile ou non, bon ou mauvais.  –> aider à la FAIRE REFLECHIR
Alors pour la suite, faut il vraiment vouloir que les choses redeviennent normales ?

Personnellement il y a des choses pour lesquelles je pense qu’il n’est pas utile ni bon qu’elles redeviennent « normales ».
Parce que cette « normalité » est fondée sur de l’injustice, ou sur l’iniquité des hommes, ou sur l’orgueil d’une nation (des nations?).
Dans certaines parties du monde, cette « normalité » consiste parfois à exercer une forme de domination d’un État sur les individus, ou même des persécutions.
–>  Ce n’est certes pas le projet de Dieu, ni pour les nations ni le rôle dévolu aux gouvernants.
Et cette « normalité » se vit parfois en collusion avec des puissances dont le but est de garder les gens dans une forme de dépendance et d’ignorance ou même de pauvreté afin de garder un pouvoir sur elles.
Il y a aussi parfois chez les « puissants » une volonté de se rendre « indispensable » comme des personnes qui peuvent aider à savoir comment s’en sortir dans la multiplication des réglementations ingérables par le plus grand nombre. C’est aussi une forme d’asservissement.

PROBLEME : Si ce monde reste le même à la sortie de cette crise : ce temps n’aura servi à rien.

Il est quasiment certain que :

  • Des personnes ne changeront pas –> ce n’est pas pour ceux là que l’on parle
    MAIS :
  • D’autres personnes chercheront quoi faire pour la suite ?
    Comme lors de la Pentecôte
    Ac 2 : Ils demanderont aussi : « hommes, frères que ferons nous ?« 

–>  à CEUX-LA, il nous faut apporter le message d’espérance d’une vie nouvelle en Jésus

3.  La question est : QUOI PROPOSER ? quelle réponse avons-nous à proposer ?

3.1.  « Sortez du milieu d’eux » –  dit Jésus       2Cor 6

Cela veut dire quoi ?
–>
CHANGER DE FACON DE VIVRE – NE PAS « FAIRE COMME TOUT LE MONDE » MAIS SUIVRE JESUS COMME MODELE DE VIE ET DE SERVICE   –> aider à la REPENTANCE

Même si ce monde recommence comme avant,
–> l’église doit développer une forme de vie alternative qui s’appuie sur Jésus, sur Sa Parole pour nous diriger, son amour pour gérer les relations et la façon d’être en interaction sociale.

  –> ETRE « MODELE »:
MONTRONS et VIVONS
une façon de vivre QUI DONNE ENVIE DE LA VIVRE par nos concitoyens,
et qui soit  :

  • Proche et respectueuse des personnes
  • A l’écoute de leurs besoins
  • Sans jugement
  • Qui montre une autre façon de penser, de vivre et de faire, d’autres objectifs dans la vie que :
    – la « réussite » financière
    – la jouissance et les distractions comme but dans la vie
    – une façon égoïste et consumériste de vivre
    – une indifférence à l’autre et à ses besoins ou souffrances
  • LES CHOSES QUE Dieu est en train d’ébranler doivent être remplacées par ce que Dieu veut pour le pays, ses habitants. Une façon de vivre fondée sur les principes du Royaume de Dieu.
    C’est notre responsabilité de disciples de Jésus de discerner ces choses et de les mettre en pratique dans nos vies pour servir de témoin à nos concitoyens.
    C’est notre APPEL:
    –> Si nous ne le faisons pas, qui le fera ?   PRIONS pour recevoir cette sagesse de Dieu

3.2.   Une autre parole que nous avons partagée : « c’est la fin du temps des cathédrales« 

Les « cathédrales » – dans le sens de : grandes organisations centralisées, souvent déshumanisées, et qui montrent qu’elles tiennent peu compte de la réalité de vie des personnes.

Il est intéressant et bon de voir que cette crise a déclenché dans notre nation des mouvements de solidarité – entre personnes ou groupes de personnes
MAIS AUSSI
au niveau de la gestion sociale de la nation.                       –> SOLIDARITE = antidote / déshumanisation
Des décisions sont prises pour prendre en charge les personnes comme rarement auparavant. Et des catégories de personnes généralement « oubliées » sont prises en compte : SDF, étudiants, personnes isolées, petits entrepreneurs en difficulté…

PRIONS que la SOLIDARITE grandisse encore – mais de façon JUSTE et EQUITABLE
sans qu’il y ait abus et exploitation de ceux qui contribuent par d’autres qui « profiteraient »
–>  POUR NOUS : développons de plus en plus une vie de communauté de PROXIMITE & SOLIDAIRE

  • Constat que nous pouvons faire:
    Les grands rassemblements deviennent difficiles à vivre en temps de crise. C’est lourd à gérer, peu réactif
    . Cela peut être exposé et trop visible s’il y a des persécutions. ð  Cela peut-être dangereux.

D’autre part,
des groupes de proximité discrets et proches des gens, solidaires et qui vivent au quotidien les principes l’évangile, peuvent être plus adaptés à la réalisation des projets de Dieu.

La question que nous pose cette crise et un des enseignements de notre vécu récent en groupes est que cela permet et favorise :

  • La proximité relationnelle
  • La capacité d’engagement de chacun
  • L’expression des dons de chacun – au service du plus grand nombre,
  • La reconnaissance mutuelle – avec remerciements et respect et soumission mutuelle

Ce temps a montré notre capacité à vivre des temps de rencontres dématérialisées.
Pour une partie de nos besoins de rencontres cela peut être approprié et plus simple pour l’avenir.
Cela pourrait permet de se rencontrer sans déplacement et donc de nous rassembler malgré les distances.

PRIONS pour savoir COMMENT VIVRE notre VIE d’EGLISE  après cette crise
–> Ne pas juste « recommencer comme avant »

–> COMMENT faire EMERGER PLUS les DONS, APPELS et capacités de SERVICE
de chacun des membres  : s’engager comme disciples de Jésus au service de tous

4.  Quelle espérance pour demain ? – Que proposer à nos concitoyens ?

Nos paroles et nos actions doivent montrer une vie personnelle et en « communauté »
marquées par ces 4 choses :

  • Simplicité
  • Proximité                                4 caractéristiques d’une vie chrétienne: accessible, crédible
  • Authenticité                                                 & PERTINENTE / besoins des gens
  • Vérité

    Et il nous faudra développer une façon de vivre et une façon d’être avec eux où nous manifestons :

  • De l’espérance
  • De la bienveillance – une attitude de bonté envers chacun
  • Une relation avec Dieu Père qui nous aime pour QUI on est, et pas pour ce que l’on fait,
    et encore moins pour ce que l’on réussit
  • Une vie simple, proche avec  Dieu sans formalisme ou rituel pesant ou légaliste
  • Le pardon pour leur indifférence à Dieu ou leur opposition
  • La possibilité de trouver : dignité , respect, amour, écoute, protection,  providence,  soutien

  –> De la part de Dieu et donc DANS SON ÉGLISE –   ce doit être notre « façons de vivre ».

C’est cela le défi de VIVRE L’église « autrement »
COMPREHENSIBLE et ACCESSIBLE pour les personnes « du monde »
Posons-nous ENSEMBLE la question : QUE POUVONS-NOUS FAIRE ou APPORTER A CE MONDE ?
C’est UN DEFI ACTUEL pour nous EGLISE !

5.  Dieu nous invite à agir dans les projets que Dieu nous a confiés pour servir le monde

  • Dans ces moments que nous vivons où nos fondements sont sondés et éprouvés,
  • gardons le cap de ce que Dieu nous a confié.
  • Restons persévérants et patients dans les engagements que nous avons pris

Nous avons reçu des « mandats » dans notre assemblée.  Vivons déjà ce que Dieu nosu a donné !
Nous pouvons au moins citer ceux qui suivent, et développer aussi les autres que nous connaissons :

MANDAT 1 : Vivre notre vie de communauté chrétienne

  • Qui développe une dynamique de vie d’adorateurs et de disciples prophétiques
  • Qui forme des disciples de Jésus conscients de leur appel en tant que serviteur de Dieu : adorateur et sacrificateur pour Dieu
  • Qui forme des disciples de Jésus comme co-ouvrier avec Jésus dans ce monde : acteur de vie et de projets qui manifestent une « autre façon » de gérer tous les domaines de la vie en société, qui soit ancrée dans la Parole de Dieu et dans la foi vivante en relation avec Jésus au quotidien
  • Qui développe une dynamique de solidarité
  • Qui veille à apporter un témoignage de vie et de foi chrétienne : compréhensible et « lisible » par les concitoyens

MANDAT 2 : Développer avec notre jardin partagé une autre façon de vivre « le monde »

  • Autonomie vivrière
  • Retrouver une vision durable de la gestion de la Création dans laquelle Dieu nous nourrit
  • Développer une économie de partage

 MANDAT 3 : Développer au travers de l’école « l’Oliveraie » une autre vision de la parentalité
et de l’éducation

  • Une éducation centrée sur l’enfant sous l’autorité parentale – qui aide les parents à assumer leur rôle premier d’éducateur de leurs enfants
  • Une façon de développer la personne avec ses dons dans sa destinée – et pas une capacité productive au service d’un système financier qui écrase
  • Un modèle pour former des disciples – avec une intégration harmonieuse des savoirs intellectuels, de la formation du cœur et le développement des dons donnés par Dieu pour développer une destinée de disciple au service de Dieu et des autres.

RESTONS PATIENTS ET PERSEVERANTS – relevons la tête face à l’adversité
ET
INVITONS celles et ceux qui nous rejoignent dans ces dynamiques de vie et de service,
A S’ENGAGER AVEC NOUS.
C’est aussi cela vivre l’Eglise autrement. Et c’est une façon très concrète de donner à ceux qui nous rejoignent une part de service « atteignable » – qu’ils peuvent assurer.

Retrouvons plus encore le sens de notre appel :
développons un modèle de vie DIFFERENT qui montre la Vie que Jésus veut pour chaque homme

Que Dieu nous accompagne et nous aide.
A Lui seul soit la gloire et la louange !

 

 

Dieu prouve son amour !

Dieu prouve Son amour

 Je me souviens d’une histoire lue dans le calendrier de la Bonne Semence que j’ai lu au siècle dernier. Je vais essayer de la retranscrire. Le récit s’intitulait : « J’ai été sauvé par 2 hommes ».

Sur un bateau en détresse au beau milieu d’un océan, ordre a été donné de quitter le navire qui menaçait de sombrer. J’étais en pleine déroute car les chaloupes de sauvetage ne pouvaient contenir tout l’équipage, et j’ai perdu au tirage au sort. J’étais confronté à la mort qui m’attendait alors que d’autres allaient pouvoir y échapper. J’étais d’autant plus désespéré que je ne savais pas ce qui m’attendait après la mort.

La dernière heure fût pour moi l’occasion de repasser ma vie en revue, et je n’avais pas grand-chose à faire valoir pour mériter le ciel, bien au contraire. L’angoisse m’avait saisi, alors que l’homme que j’avais en face de moi me regardait sereinement. Il m’avait déjà parlé plusieurs fois de la Bible, et de ce Jésus qui avait donné Sa vie pour les hommes. Mais je n’en avais guère tenu compte. Cet homme avait eu la chance de tirer le bon ticket et il allait pouvoir embarquer bientôt. Il me voyait maintenant accablé par les tourments. Comme je l’enviais à ce moment-là ! Le signal a été donné de quitter le navire pour ceux qui ont été tirés au sort. Au moment de passer devant moi, cet homme me tend son ticket, et me dit d’embarquer, en me recommandant de prendre cette occasion pour faire la paix avec Dieu par Jésus-Christ. Je n’ai pas hésité longtemps et j’ai saisi le bout de papier qu’il m’a donné.

En me retournant, j’ai vu que la paix sur son visage ne l’avait pas quitté, et un sourire s’est esquissé quand il m’a dit : « Rendez-vous en Haut ! » en montrant le ciel du doigt.

Plus tard, je me suis repenti et j’ai compris que Jésus était mort pour mes offenses et qu’il m’offrait la vie éternelle. Je peux aujourd’hui témoigner que 2 hommes m’ont sauvé, et je ne peux qu’être éternellement reconnaissant envers eux.

 Je ne sais pas si nous aurions agi comme ce chrétien, et ainsi échanger notre vie pour quelqu’un non converti.

 Ro 5:6-11  « Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. »

 Dans ce passage, il nous est d’abord dit que nous étions sans force, incapable de nous sauver par nous-même. Il nous est impossible de le faire par nos propres efforts.

  • Mais Jésus est venu mourir pour des impies, c’est-à-dire des personnes qui ne manifestaient aucune piété envers Dieu, qui ne vivaient rien avec Lui et pour Lui.
  • Il y a une énorme différence entre le sacrifice qu’on pourrait faire pour quelqu’un qui en vaudrait la peine, un juste ou un homme de bien, et ce que Dieu a fait pour nous au travers de Jésus-Christ.
  • Jésus est mort pour les pêcheurs que nous étions. Ep 2:4-5 è « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ».
  • Dès fois il faut se rappeler d’où nous venons ! Voir entre autres Ep 2:1-3 et Ro 6:20-21 è « Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. »
  • Et ne pas se croire au-dessus des autres, avec le risque de les juger, comme dans la parabole du publicain et du pharisien (Lc 18:9-14). Restons humble !
  • Dans Ro 5:9, il nous est rappelé que nous sommes sauvés de la colère (Jn 3:36), car nous somme justifiés par le sang de Jésus qui a coulé pour chacun d’entre nous.
  • Il nous est aussi rappelé que nous étions ennemis. Ce mot est fort : Nous étions contre Dieu et non pas pour Lui. Nous sommes maintenant réconciliés avec Dieu, mais à quel prix !
  • Maintenant nous pouvons nous glorifier en Dieu, mais uniquement à cause du sacrifice de Jésus par qui nous sommes reconciliés.
  • Dans ce passage, il nous est rappelé 3 fois que Jésus est mort pour nous, 2 fois que nous sommes sauvés, 3 fois que nous sommes réconciliés.

 Arrêtons-nous un instant sur ce qui s’est passé lors de la crucifixion, et plus particulièrement quand Jésus a poussé son dernier cri  (Mt 27:50-54).

« Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Etant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu. »

  • Le voile du temple s’est déchiré de haut en bas : Ce qui séparait le peuple du lieu très saint a été ôté : Désormais le peuple pouvait avoir un libre accès dans la présence directe de Dieu.
  • La terre a tremblé, ce qu’a attesté le centenier un peu plus loin. La mort d’un homme a provoqué une telle déflagration spirituelle que le domaine physique a été violemment impacté.
  • Les tombeaux se sont ouverts, et il est rendu témoignage que certains de ceux qui avaient mis à part leur vie pour Dieu ont ressuscité, ce qui est une préfiguration de la résurrection des morts au dernier jour.
  • Ils sont entrés dans Jérusalem comme pour rendre témoignage, et l’ont fait devant un grand nombre de personnes.
  • Ce qui s’est passé était si puissant que même le païen qu’était le centenier et les soldats avec lui ont été si époustouflé qu’ils ont déclarés Jésus comme Fils de Dieu.
  • Cet évènement est l’évènement le plus remarquable que le monde a connu, depuis la chute d’Adam au jardin d’Eden.
  • A la chute, un nouvel ordre a bouleversé le monde, et le péché est entré dans le monde et a tout corrompu.
  • A la mort de Jésus, c’est un changement radical qui s’est opéré ! Jésus par son sacrifice et par son sang a racheté ce qui avait été corrompu lors de la chute. Justice a été faite des offenses des hommes.
  • Dernière interprétation personnelle : La terre a tremblé parce que Jésus, le Fils de Dieu est descendu dans les profondeurs de la terre pour aller prêcher aux esprits en prison (1 Pi 3:18-20 et Ep 4:9-10).

 Relisons les paroles de Jésus après Sa résurrection (Lc 24:44-49) :

« Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprennent les Ecritures. Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. »

  • Nous n’avons pas fini de creuser les Ecritures pour apprendre tout ce qui est écrit concernant le Fils.
  • Nous avons besoin de l’éclairage du Saint-Esprit pour recevoir la sagesse et la révélation et ainsi mieux connaître qui Il est.
  • Jésus rappelle particulièrement que ses souffrances, sa mort et sa résurrection étaient déjà annoncés. Tout ça, c’était pour avant.
  • Maintenant une nouvelle période s’ouvre, et il demande à ce que la bonne nouvelle soit annoncée à toutes les nations, en citant particulièrement la repentance et le pardon des péchés. Jésus a payé le prix en se livrant lui-même pour que nous soyons pardonnés. Notre part est de se repentir, c’est-à-dire de changer notre façon de vivre en étant réconcilié avec Dieu.
  • Nous sommes témoins de ces choses ! Nous avons à le témoigner ! C’est notre responsabilité. Le don de Sa vie pour le pardon des péchés doit être connu de tous. Et l’invitation de Dieu à la repentance doit aussi l’être.
  • Et pour que nous puissions le faire, nous devons recevoir la puissance d’en haut.

 Pour terminer, nous pouvons compter sur le Saint-Esprit, cette puissance pour le témoignage pour annoncer la bonne nouvelle, mais aussi nous rappeler ceci :

« Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint–Esprit qui nous a été donné. » (Ro 5:5)

 Il nous a prouvé son amour au travers du sacrifice de Son Fils sur la croix. Il nous l’a révélé, et il l’a répandu dans nos cœurs.
Nous sommes témoins de ces choses.

Dernier témoignage personnel : Dans la nuit de mercredi à jeudi, je me suis réveillé et j’avais un air dans la tête, avec juste ces paroles : « Il est Seigneur, il est vainqueur ! »

Le jour suivant en me levant j’avais de nouveau le même chant en tête. Après des recherches, il s’avère que c’est un chant d’Exo tiré de leur 2ème album. Vous pourrez lire les paroles et le chanter si le cœur vous en dit.

Cela parle de sa victoire à la résurrection !

 Gloire à Dieu dans les lieux très haut, et paix aux hommes qu’il agrée !

 

Pâques : bénédiction et espérance

Pâques : bénédiction et espérance

Chers frères et sœurs et amis d’Agape,

Nous avons vécu ce temps de Pâques qui cette année s’est déroulé dans un contexte très particulier.

Pas de grands rassemblements, pas de grandes célébrations, pas de manifestations publiques ou de réjouissances publiques. Nous sommes confinés, enfermés, limités, arrêtés.         

Notre vie « normale » est bouleversée.

Tous concernés

Que nous soyons croyants ou pas, nos vies sont bouleversées.           
Et dans tout ce temps, pourtant, si nous avons décidé de suivre Jésus-Christ, de croire en Lui, nous avons une espérance, une certitude, une perspective meilleure pour demain. Pâques est la proclamation du triomphe de la Vie sur la mort, du pardon sur la condamnation, de la miséricorde et de la grâce sur le jugement.
Dieu – Créateur et Père – de tout et de tous, a décidé que l’Amour prévaudrait sur tout ce qui peut blesser, diviser, faire souffrir, faire tomber et mourir. Et cela, Il l’a fait pour tous les hommes. Que nous soyons croyants ou pas, cela est mis à notre disposition, comme un cadeau sur la table devant chacun, ou comme une possibilité de suivre un chemin de vie et de bénédiction alors qu’il y a un chemin de mort et de souffrances devant nos pas également.        
Jésus est venu et a fait tout ce qui est nécessaire pour que sur la terre, chacun puisse dorénavant vivre en paix, libre, en sécurité, restauré et guéri des blessures et souffrances de la vie. Il a traversé la mort, il est mort en incarnant tout ce qui nous sépare de Dieu et l’a « effacé ». Nous aussi nous pouvons « sortir » de la mort de la souffrance, de l’épreuve avec foi.

Quelle espérance ? quelle assurance ?

La Résurrection le jour de Pâques est la proclamation et la célébration que rien ne peut dorénavant nous séparer de l’amour de Dieu – manifesté en Jésus-Christ.    
Quoi qu’il arrive, quelles que soient les circonstances du moment, faciles ou non, Dieu veille sur nous et nous protège. Certains aimeraient que rien de mal ne leur arrive sur la terre. Il arrive que l’on puisse croire en Dieu pour cela, comme une assurance tous risques « premium » qui nous donnerait une certitude de ne rien souffrir ou subir comme perte dans cette vie.

Mais l’espérance que Dieu nous donne, dépasse cette vie terrestre, elle concerne avant tout notre éternité, que nous savons désormais pouvoir vivre dans la paix avec Dieu et dans Sa bénédiction.

Parce que Jésus est ressuscité, nous savons que nous aussi nous pouvons et nous pourrons vivre éternellement avec l’assurance que « rien ne peut nous nuire », que « Jésus est avec nous tous les jours », et que donc si nous traversons des jours sombres, « Il est avec nous » et nous garde et nous conduit « vers la vraie liberté », même au travers des tempêtes ou mêmes de « pertes » sur la terre.

Pâques est donnée par Dieu et se vit dans des heures sombres

La première Pâques a été vécue par le peuple d’Israël dans un temps de grands troubles en Egypte. Les plaies sévissaient sur le pays pour que pharaon libère le peuple hébreu. Israël à Goshen était protégé par Dieu, mais n’y avait-il aucun tremblement dans les cœurs ? Aucune inquiétude dans les pensées de ces Hébreux ?
Ils étaient humains comme nous et affrontaient aussi les doutes et parfois la peur.

La main de Dieu s’appesantissait sur le cœur dur de pharaon et de l’Egypte pour qu’ils reconnaissent Dieu et s’humilient en se soumettant à Lui.

La Pâques de Jésus à Jérusalem, a été vécue par les premiers chrétiens dans un temps sombre et profondément décourageant : Jésus, Celui en qui ils espéraient un monde meilleur, venait de mourir crucifié, et peu d’entre eux avaient la conviction que cela allait changer. Ils avaient entendu Jésus parler de résurrection. Mais qu’est-ce que cela signifiait « dans la vraie vie », celle de chaque jour, dans leur condition humaine ?

Pâques nous surprend et nous défie

Et le jour de Pâques, Jésus ressuscite, seul dans son tombeau, loin du regard des hommes, et tout devient différent. Pour tous les hommes ! La mort n’a plus la victoire, la souffrance n’est plus la fin de tout, la vie quotidienne difficile n’est plus la perspective de vie obligée.   
« Tout est devenu nouveau », mais pas encore différent au jour le jour…

Il a fallu « y croire », croire au-delà de ce que les yeux humains voient, croire que Jésus était réellement vivant – à nouveau – et qu’une nouvelle vie s’ouvrait devant eux. Croire que les lendemains seraient forcément différents. Parce que juste un homme était revenu d’entre les morts  ?! Déraisonnable de penser ainsi, même à cette époque ! C’est le même défi de foi aujourd’hui pour nous.    
Et c’est la leçon des disciples d’Emmaüs, qui ont eu besoin que leurs yeux s’ouvrent – que Dieu leur œuvre les yeux – pour reconnaître Jésus. Alors ils sont repartis en courant, dans l’autre sens, à l’opposé de la direction qu’ils étaient en train de suivre. Ils ont alors annoncé que Jésus était ressuscité, et leur vie a trouvé un autre sens, une autre direction, ils ont eu une autre raison de vivre ! Une autre espérance de Vie !

Qu’est-ce que Pâques change pour nous ? Est-ce que ce sont juste les circonstances de cette Pâques qui ont changé pour nous cette année ?

Et nous ? qu’est-ce que Pâques change pour nous ? Est-ce que « le jour d’après » sera juste la suite, la prolongation « en mieux » du jour d’avant ? Ou alors un « autre jour », avec d’autres perspectives ?
Il a fallu que les disciples apprennent à vivre avec une nouvelle vision de la vie, une nouvelle espérance même au travers des épreuves, une nouvelle perspective pour leur quotidien.

 

Ces temps de Pâques que nous vivons cette année sont différents de ceux que nous voyons d’habitude.
Les choses que nous connaissons semblent ne plus avoir cours, nos certitudes humaines sont ébranlées, peut-être même notre espérance pour l’avenir.

Les circonstances forcent à l’humilité et à la réflexion, à la recherche et à l’écoute de Dieu. Croyants ou non, nous sommes concernés. Cherchons Dieu dans ce temps ! Cherchons sa face, comme nous y invite le prophète Jérémie – Jer 29 : 13 – de TOUT notre cœur.

Nous ne savons pas comment sera « le monde d’après », comment nous continuerons à vivre, à disposer des ressources vitales dont nous avons besoin, comment nous pourrons avoir une sécurité pour notre vie et nos ressources.

Mais Pâques proclame que la Vie triomphe de la mort, que la Lumière supplante toujours les ténèbres et la nuit, que l’espérance jaillit du tombeau où nos espérances sont enterrées.      
Pâques nous dit que Dieu est là, avec nous tous les jours, qu’Il veille sur nous pour nous guider vers les meilleures choses, qu’Il ne nous abandonne pas seuls à notre condition humaine fragile et vulnérable.

Cette Pâque est comme cette veille de la nuit où l’on attend la libération de l’Egypte, comme cette nuit où, sans qu’on y croie vraiment, Jésus sort du tombeau. Mélange d’appréhensions ou de pensées de doute, d’incertitude parfois, et en même temps d’espérance, d’assurance que quoi qu’il arrive, Dieu est plus grand !

Demain sera différent ! Et nous, le serons-nous ?

Nous ne savons pas comment nous vivrons demain, mais si nous croyons en Celui qui EST ressuscité, nous savons que nous vivrons bien, en paix avec Dieu, en sécurité dans Sa main, au travers des circonstances qui seront celles du moment, faciles ou non. Dieu est avec nous TOUS les jours et jusqu’à la fin du monde pour nous conduire dans Sa paix avec une espérance vivante dont nous pouvons rendre témoignage avec douceur à tous ceux qui nous en demanderont la raison – 1Pi 3 : 15. C’est le sens du message partagé à tous ce dernier week-end. Tous témoins, parce que nous avons tous reçu un témoignage qui nous a amenés au salut.

L’important de Pâques n’est pas seulement que les circonstances de vie des Hébreux ou des disciples ont changées. L’important est que EUX ils ont changé ! Leur vision du monde, de l’avenir, de leur place et de leur part dans cette vie a changé. Cela a pris du temps pour s’affermir en eux, mais le processus était engagé et Dieu le mène à son terme, à la perfection – Phi 1 : 6 – comme pour nous aujourd’hui.

 

Alors je souhaite à tous une joyeuse fête de Pâques qui dure toute l’année, chaque jour de cette année. Jésus-Christ est RESSUSCITE, il est VRAIMENT ressuscité !

A DEMAIN pour la suite de la Vie qui va avec la résurrection. Que le jour d’après nous voit tous différents et mobilisés pour une espérance vivante, une vie qui éclaire et change ce monde au quotidien autour de nous.

En communion dans l’espérance de la vie éternelle.