Viens Saint-Esprit !

Ce qui s’est passé à la Pentecôte (Ac 2) pour les apôtres et les disciples a été une expérience extraordinaire qui fait encore rêver pas mal d’entre nous.
C’était une expérience unique qui cumule bons nombres d’effets surnaturels et de sensations physiques intenses : Combien nous aurions aimé vivre un tel évènement !

  • Un vent impétueux venant du ciel, remplissant toute la maison !
  • L’apparition de langues de feu séparées les unes des autres : Une langue individuelle pour chaque disciple !
  • Le don des langues, immédiatement reconnaissable par les différents peuples réunis ce jour-là à Jérusalem.
  • La sensation d’ivresse.
  • La première prédication de Pierre.
  • Les fruits portés avec une moisson de près de 3000 âmes.

Quelle rentrée en action tonitruante de la part du Saint-Esprit !

Suite à ce qui s’est passé, cela valait vraiment le coup que les apôtres attendent ce que Jésus avait promis ! 

Pourtant en analysant ce que les disciples ont vécu pendant ces trois années où ils ont accompagné Jésus dans son ministère, ils ont eux-mêmes vécus des choses fortes.

Lc 9:1-2  « Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades. »

Lc 9:6  « Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons. »

Mc 6:12-13  « Ils partirent, et ils prêchèrent la repentance. Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient. »

Mt 14:29  Pierre marche sur les eaux pour rejoindre Jésus.

Certains disciples se sentaient pousser des ailes au point de vouloir commander que le feu descende du ciel pour occire un bourg des Samaritains (Lc 9:54). Jésus s’y était bien sûr fermement opposé.

Vu ce que les apôtres ont vécu et expérimenté, cela aurait semblé suffire pour accomplir le mandat donné par le Maître. Et Jésus avait ensuite envoyé 70 autres avec cette puissance de guérison, et ils avaient également expérimenté avec joie que même les démons leur étaient soumis au nom de Jésus.

Nous nous serions bien contentés de ce qu’on vécu les apôtres et les 70 avant la Pentecôte : L’annonce de la bonne nouvelle, accompagnée de guérisons et de délivrances.

Pourtant Jésus demande aux apôtres de rester à Jérusalem et d’attendre le Saint-Esprit.
Lc 24:49  « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. »

Cette promesse, Jésus le révèle particulièrement dans l’évangile de Jean.
Ce message ne va pas faire un cours exhaustif sur le Saint-Esprit, mais voici un bref rappel :
Un autre consolateur : Jésus ne nous laisse pas seul, mais le Saint-Esprit, l’Esprit de Jésus habite éternellement en nous.

Jn 14:16-17  « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »

  • Ce consolateur est là pour nous enseigner, et nous rappeler la parole de Dieu.

Jn 14:26  « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »

  • L’Esprit de vérité nous ait donné pour rendre témoignage de Jésus.

Jn 15:26-27  « Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ; et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement. »

  • Le Saint-Esprit agit pour préparer les cœurs !

Jn 16:7-8  « Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. »

  • Le Saint-Esprit est venu pour glorifier Jésus, pour prendre ce qui est à Jésus, et pour annoncer les choses à venir

Jn 16:13-15  « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera. »

  • Il y a un parallèle entre le ministère de Jésus et celui du Saint-Esprit.
  • Tous les 2 sont des consolateurs
  • Tous les 2 sont des enseignants
  • Tous les 2 sont vérités : Jésus est la vérité, et le Saint-Esprit est l’Esprit de vérité.
  • Jésus a été envoyé par le Père, et le Saint-Esprit également. Dieu nous en a fait don.
  • Jésus témoignait de qui est le Père, et le Saint-Esprit rend témoignage de Jésus.
  • Le Saint-Esprit prépare les cœurs pour recevoir le témoignage de Jésus et de Son œuvre, comme Jean-Baptiste a été envoyé pour préparer le peuple à recevoir le Messie.
  • Le Saint-Esprit dira tout ce qu’il aura entendu, comme Jésus le faisait et disait les paroles du Père (Jn 8:40).

    Ne négligeons pas le Saint-Esprit dans ce qu’Il est, dans Sa personne et Sa nature divine ! Et entretenons une relation intime avec Lui : Il habite en nous ! Nous savons que nous pouvons l’attrister, et même l’éteindre.

C’est par Lui que nous pouvons crier : « Abba ! Père ! ». (Ro 8:15)
C’est par Lui que nous pouvons dire que Jésus est Seigneur. (1 Co 12:3)

Au vu de ces quelques points, nous pouvons mieux comprendre pourquoi il était avantageux que Jésus s’en aille, afin que le Saint-Esprit soit répandu sur la terre, et vienne demeurer éternellement avec nous.

Encore une fois ce que représente le ministère du Saint-Esprit ne peut se résumer à ces quelques lignes. Mais citons au moins un autre bénéfice tellement primordial de ce qu’il fait : Le don de prophétie qui nous est donné pour exhorter, édifier et consoler, ce que les apôtres n’expérimentaient pas tant que Jésus était avec eux.

Les apôtres et les disciples ont dû attendre la puissance d’en haut, avant d’entreprendre quoique ce soit !
Ils connaissaient le mandat, mais ce qu’ils avaient déjà reçu ne suffisait pas pour se mettre en action.
Ils ne savaient pas comment ça allait se passer !
Il fallait qu’ils attendent, et c’est ce qu’ils ont fait, en vivant de la façon suivante :

  • Ils sont restés ensemble
  • Ils ont persévéré dans la prière
  • Ils étaient ouverts et ont accueillis d’autres disciples, à tel point qu’avant la Pentecôte, ils se sont retrouvés à 120.

Je pense que nous aspirons à vivre une nouvelle Pentecôte.

Pour la majorité d’entre nous, nous avons reçu le baptême dans le Saint-Esprit. Et nous vivons certaines choses avec l’Esprit.

  • Le parler en langues : Mais l’utilise-t-on autant qu’il ne le faudrait ?
  • Le don de prophétie : Mais est-ce que nous y aspirons réellement ? Et quand nous recevons quelque chose, l’exerçons-nous pour que tous puissent en tirer bénéfice ?
  • Le don des guérisons : Mettons-nous réellement en action notre foi ? Et osons-nous exercer cela envers les non-croyants ?
  • La délivrance : Cela devrait-être naturel de manifester la puissance de chasser les démons. D’ailleurs, c’est le premier miracle cité dans Mc 16:17. Mais nous vivons cela de manière timorée, pour ne pas dire l’inexistence de cette pratique qui n’est pourtant pas réservé qu’aux ministères.
  • Et je ne parle pas des autres dons ! Où est la puissance promise pour le témoignage ?

Nous avons été baptisés du Saint-Esprit, et pour ceux qui ne l’ont pas encore reçu, il suffit de le demander à notre Père qui le donnera à celui qui le lui demande (Lc 11:13). Mais nous vivons parfois comme si nous ne l’avons pas reçu, ou comme s’il était étouffé.

 Il est possible de vivre une nouvelle Pentecôte, sous la forme d’une nouvelle visitation du Saint-Esprit comme il l’a fait pour les disciples dans Ac 4:23-31.

Cela s’est fait dans un contexte particulier de persécution et de menaces, alors même qu’ils avaient manifesté la puissance de Dieu sous la forme de la guérison d’un boiteux.

Cela s’est fait alors qu’ils étaient tous ensemble, ils ont prié, ils ont proclamé la parole, et ils ont affiché la ferme volonté de continuer à témoigner malgré les menaces, en demandant qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges au nom de Jésus.

Ils n’ont pas demandé la protection de Dieu : Ils voulaient continuer à accomplir le mandat qui leur a été confié !

 Quel est l’état de notre assemblée aujourd’hui et que pouvons-nous demander au Seigneur ?

Nous ne faisons pas l’objet de menaces particulières ni de persécution ouverte !

Mais nous avons à nous humilier face à notre timidité dans l’exercice des dons et la libération de la puissance qui est en nous !

Quand les Ecritures disent que ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné
(2 Ti 1:7), ce n’est pas seulement une timidité dans le témoignage verbal qui est souligné, mais c’est une timidité dans la démonstration d’Esprit et de puissance que nous devrions manifester (2 Co 2:4).

Il est encore possible et il est encore temps de se réveiller, et d’aller avec la force que Dieu nous a donnée.

Jésus a accompli son ministère sur la terre. Et il continue à travailler pour nous, intercédant en notre faveur (Ro 8:34).
Il a donné Sa vie de Lui-même.

 J’ai cette pensée que le Saint-Esprit avait hâte d’accomplir Son ministère, d’être répandu sur la terre et de visiter ceux qui appartiennent à Christ pour y faire Sa demeure et nous accompagner dans les œuvres préparées d’avance.
Nous ne sommes pas orphelins mais nous avons cette dynamite en nous pour être les témoins de Jésus.

Et si nous nous sommes laissés gagner par une forme de léthargie, nous pouvons prier tous ensemble, proclamer la promesse de Dieu avec ce désir de rendre témoignage à notre Seigneur et s’attendre à une visitation du Saint-Esprit, sous la forme qu’il décidera.

C’est Lui le Maître de la moisson.

 Soyez bénis en Jésus-Christ, et je citerai ces derniers versets :

Ep 3:20-21  « Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen ! »

 Lucien

 

Dieu prouve son amour !

Dieu prouve Son amour

 Je me souviens d’une histoire lue dans le calendrier de la Bonne Semence que j’ai lu au siècle dernier. Je vais essayer de la retranscrire. Le récit s’intitulait : « J’ai été sauvé par 2 hommes ».

Sur un bateau en détresse au beau milieu d’un océan, ordre a été donné de quitter le navire qui menaçait de sombrer. J’étais en pleine déroute car les chaloupes de sauvetage ne pouvaient contenir tout l’équipage, et j’ai perdu au tirage au sort. J’étais confronté à la mort qui m’attendait alors que d’autres allaient pouvoir y échapper. J’étais d’autant plus désespéré que je ne savais pas ce qui m’attendait après la mort.

La dernière heure fût pour moi l’occasion de repasser ma vie en revue, et je n’avais pas grand-chose à faire valoir pour mériter le ciel, bien au contraire. L’angoisse m’avait saisi, alors que l’homme que j’avais en face de moi me regardait sereinement. Il m’avait déjà parlé plusieurs fois de la Bible, et de ce Jésus qui avait donné Sa vie pour les hommes. Mais je n’en avais guère tenu compte. Cet homme avait eu la chance de tirer le bon ticket et il allait pouvoir embarquer bientôt. Il me voyait maintenant accablé par les tourments. Comme je l’enviais à ce moment-là ! Le signal a été donné de quitter le navire pour ceux qui ont été tirés au sort. Au moment de passer devant moi, cet homme me tend son ticket, et me dit d’embarquer, en me recommandant de prendre cette occasion pour faire la paix avec Dieu par Jésus-Christ. Je n’ai pas hésité longtemps et j’ai saisi le bout de papier qu’il m’a donné.

En me retournant, j’ai vu que la paix sur son visage ne l’avait pas quitté, et un sourire s’est esquissé quand il m’a dit : « Rendez-vous en Haut ! » en montrant le ciel du doigt.

Plus tard, je me suis repenti et j’ai compris que Jésus était mort pour mes offenses et qu’il m’offrait la vie éternelle. Je peux aujourd’hui témoigner que 2 hommes m’ont sauvé, et je ne peux qu’être éternellement reconnaissant envers eux.

 Je ne sais pas si nous aurions agi comme ce chrétien, et ainsi échanger notre vie pour quelqu’un non converti.

 Ro 5:6-11  « Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être mourrait il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation. »

 Dans ce passage, il nous est d’abord dit que nous étions sans force, incapable de nous sauver par nous-même. Il nous est impossible de le faire par nos propres efforts.

  • Mais Jésus est venu mourir pour des impies, c’est-à-dire des personnes qui ne manifestaient aucune piété envers Dieu, qui ne vivaient rien avec Lui et pour Lui.
  • Il y a une énorme différence entre le sacrifice qu’on pourrait faire pour quelqu’un qui en vaudrait la peine, un juste ou un homme de bien, et ce que Dieu a fait pour nous au travers de Jésus-Christ.
  • Jésus est mort pour les pêcheurs que nous étions. Ep 2:4-5 è « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ».
  • Dès fois il faut se rappeler d’où nous venons ! Voir entre autres Ep 2:1-3 et Ro 6:20-21 è « Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. Quels fruits portiez-vous alors ? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. »
  • Et ne pas se croire au-dessus des autres, avec le risque de les juger, comme dans la parabole du publicain et du pharisien (Lc 18:9-14). Restons humble !
  • Dans Ro 5:9, il nous est rappelé que nous sommes sauvés de la colère (Jn 3:36), car nous somme justifiés par le sang de Jésus qui a coulé pour chacun d’entre nous.
  • Il nous est aussi rappelé que nous étions ennemis. Ce mot est fort : Nous étions contre Dieu et non pas pour Lui. Nous sommes maintenant réconciliés avec Dieu, mais à quel prix !
  • Maintenant nous pouvons nous glorifier en Dieu, mais uniquement à cause du sacrifice de Jésus par qui nous sommes reconciliés.
  • Dans ce passage, il nous est rappelé 3 fois que Jésus est mort pour nous, 2 fois que nous sommes sauvés, 3 fois que nous sommes réconciliés.

 Arrêtons-nous un instant sur ce qui s’est passé lors de la crucifixion, et plus particulièrement quand Jésus a poussé son dernier cri  (Mt 27:50-54).

« Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent, les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Etant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. Le centenier et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et ce qui venait d’arriver, furent saisis d’une grande frayeur, et dirent : Assurément, cet homme était Fils de Dieu. »

  • Le voile du temple s’est déchiré de haut en bas : Ce qui séparait le peuple du lieu très saint a été ôté : Désormais le peuple pouvait avoir un libre accès dans la présence directe de Dieu.
  • La terre a tremblé, ce qu’a attesté le centenier un peu plus loin. La mort d’un homme a provoqué une telle déflagration spirituelle que le domaine physique a été violemment impacté.
  • Les tombeaux se sont ouverts, et il est rendu témoignage que certains de ceux qui avaient mis à part leur vie pour Dieu ont ressuscité, ce qui est une préfiguration de la résurrection des morts au dernier jour.
  • Ils sont entrés dans Jérusalem comme pour rendre témoignage, et l’ont fait devant un grand nombre de personnes.
  • Ce qui s’est passé était si puissant que même le païen qu’était le centenier et les soldats avec lui ont été si époustouflé qu’ils ont déclarés Jésus comme Fils de Dieu.
  • Cet évènement est l’évènement le plus remarquable que le monde a connu, depuis la chute d’Adam au jardin d’Eden.
  • A la chute, un nouvel ordre a bouleversé le monde, et le péché est entré dans le monde et a tout corrompu.
  • A la mort de Jésus, c’est un changement radical qui s’est opéré ! Jésus par son sacrifice et par son sang a racheté ce qui avait été corrompu lors de la chute. Justice a été faite des offenses des hommes.
  • Dernière interprétation personnelle : La terre a tremblé parce que Jésus, le Fils de Dieu est descendu dans les profondeurs de la terre pour aller prêcher aux esprits en prison (1 Pi 3:18-20 et Ep 4:9-10).

 Relisons les paroles de Jésus après Sa résurrection (Lc 24:44-49) :

« Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprennent les Ecritures. Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour, et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. Vous êtes témoins de ces choses. Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. »

  • Nous n’avons pas fini de creuser les Ecritures pour apprendre tout ce qui est écrit concernant le Fils.
  • Nous avons besoin de l’éclairage du Saint-Esprit pour recevoir la sagesse et la révélation et ainsi mieux connaître qui Il est.
  • Jésus rappelle particulièrement que ses souffrances, sa mort et sa résurrection étaient déjà annoncés. Tout ça, c’était pour avant.
  • Maintenant une nouvelle période s’ouvre, et il demande à ce que la bonne nouvelle soit annoncée à toutes les nations, en citant particulièrement la repentance et le pardon des péchés. Jésus a payé le prix en se livrant lui-même pour que nous soyons pardonnés. Notre part est de se repentir, c’est-à-dire de changer notre façon de vivre en étant réconcilié avec Dieu.
  • Nous sommes témoins de ces choses ! Nous avons à le témoigner ! C’est notre responsabilité. Le don de Sa vie pour le pardon des péchés doit être connu de tous. Et l’invitation de Dieu à la repentance doit aussi l’être.
  • Et pour que nous puissions le faire, nous devons recevoir la puissance d’en haut.

 Pour terminer, nous pouvons compter sur le Saint-Esprit, cette puissance pour le témoignage pour annoncer la bonne nouvelle, mais aussi nous rappeler ceci :

« Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint–Esprit qui nous a été donné. » (Ro 5:5)

 Il nous a prouvé son amour au travers du sacrifice de Son Fils sur la croix. Il nous l’a révélé, et il l’a répandu dans nos cœurs.
Nous sommes témoins de ces choses.

Dernier témoignage personnel : Dans la nuit de mercredi à jeudi, je me suis réveillé et j’avais un air dans la tête, avec juste ces paroles : « Il est Seigneur, il est vainqueur ! »

Le jour suivant en me levant j’avais de nouveau le même chant en tête. Après des recherches, il s’avère que c’est un chant d’Exo tiré de leur 2ème album. Vous pourrez lire les paroles et le chanter si le cœur vous en dit.

Cela parle de sa victoire à la résurrection !

 Gloire à Dieu dans les lieux très haut, et paix aux hommes qu’il agrée !

 

Qui est Jésus pour toi ?

Qui est Jésus pour toi ?

Mt 16:13  « Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ? Ils répondirent : Les uns disent que tu es Jean-Baptiste ; les autres, Elie ; les autres, Jérémie, ou l’un des prophètes. Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »

 Principe : Chercher à comprendre qui est Jésus pour la personne que nous avons en face de nous et à qui nous cherchons à annoncer l’Evangile !

Cette question va nous faire comprendre où votre connaissance ou votre interlocuteur se trouve sur l’échelle de la foi.
En tous cas Jésus pose la question directement à ses disciples : « Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis ? »

 Une seule intervention : Celle de Pierre ! Révélation directe de la part du Père, et non pas résultat d’une analyse quelconque ou fruit d’une réflexion personnelle, ou quoique ce soit d’autre.

 Pierre proclame d’abord que Jésus est le Christ, c’est-à-dire le Messie, celui qu’Israël attendait, un sauveur et un libérateur, comme promis dans les écritures. Un prophète équivalent à Moïse qui avait annoncé qu’il faudra l’écouter (De 18:15-19)

Autrement dit, Pierre déclare que Jésus est l’accomplissement des promesses contenues dans les Ecritures ! Que Jésus est réellement le Messie tant attendu depuis des siècles, et annoncé par les prophètes.

Déclaration extraordinaire : Les disciples ont en face d’eux ce qui a été annoncé dans la loi Mosaïque et dans les Psaumes et les prophètes.

Beaucoup de son époque s’interrogeaient pour savoir si Jean-Baptiste n’était pas lui-même le Christ (Jn 1:19-20). En effet les juifs attendaient cet évènement depuis des siècles, et peut-être plus dans ces temps particuliers où leur terre était occupée par une puissance étrangère.

Nos propres raisonnements et notre propre analyse peuvent nous jouer des tours et nous tromper. Même en accomplissant des miracles, des signes et des prodiges devant eux, ils auraient pu avoir des doutes sur la personne de Jésus.

Moïse avait été contesté dans son autorité alors que des signes et des prodiges inouïs avaient été accomplis pendant son ministère. Il fallait une révélation directe et divine pour que Pierre parle ainsi avec assurance.

Il ajoute ceci : « Tu es le Fils du Dieu vivant ! »    Autre révélation époustouflante !

Pour les juifs, c’était clair qu’en se déclarant Fils de Dieu, Jésus se déclarait de ce fait également Dieu.
Jésus a proclamé que Lui et le Père, ils sont un ! (Jn 10:30)

Jésus ne contredit pas Pierre dans ses déclarations, mais plutôt va l’honorer aux yeux et aux oreilles de tous.

 

Comment les uns et les autres de notre entourage considèrent Jésus ?
Est-ce qu’il est le Christ, c’est-à-dire leur Sauveur, leur libérateur ?
Est-ce qu’il est le Fils de Dieu pour eux, étant Lui-même Dieu ?

 Jn 8:21-32 è « Jésus leur dit encore : Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché ; vous ne pouvez venir où je vais. Sur quoi les Juifs dirent : Se tuera-t-il lui-même, puisqu’il dit: Vous ne pouvez venir où je vais ? Et il leur dit : Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. »

Conséquence à l’incrédulité envers ce que Jésus est : Ils vont mourir dans leurs péchés.

Pourtant Jésus n’a eu de cesse d’annoncer qui il est, mais les cœurs des personnes qui sont venus l’écouter étaient durs et fermés.

Nous sommes appelés à parler de Jésus autour de nous, à révéler qui il est, afin que ceux qui nous entourent ne meurent pas dans leurs péchés, mais qu’ils connaissent Jésus et le Père, et qu’ils soient libérés de ce qui les réduisent en esclavage.

En revenant au texte initial de Mt 16:13, nous pouvons avoir 2 attitudes bien différente l’une de l’autre :

  1. Soit nous écoutons le monde dire ce que les gens pensent de Jésus.
  2. Soit nous recherchons Dieu pour recevoir de Sa part ce que Lui veut nous révéler.