Je dois bien le dire et constater que durant ce temps de confinement, facile par certains aspects  et plus difficile à d’autres moments, a été, et, est un temps de repositionnement avec et dans le Seigneur. Ce confinement a engendré dans ce temps d’isolement social des pensées et des ressentis contradictoires. Plusieurs fois, pendant mon temps de méditation et lecture de la Parole, une petite voix douce et tranquille m’a posé cette question : « crois-tu encore ? »

  • Crois-tu encore que je t’aime d’un amour inconditionnel ? Qu’en ce moment même, tu es conduite par le Saint Esprit, que je recueille dans une outre toutes tes larmes, qu’à cette heure même, en ce lieu, tu es dans la volonté parfaite de Dieu ?
  • Crois-tu que toutes choses concourent au bien de ceux qui m’aiment ? Que j’entends tes prières, même quand tu n’as pas de mots audibles pour les exprimer, quand tout semble gris et que tu es accablée, quand il te semble que j’ai fermé les cieux ?
  • Crois-tu encore que je nourris toutes les créatures vivantes : le bétail, les oiseaux, les créatures rampantes, les poissons ? Crois-tu encore que je compte tous les cheveux de ta tête, que je prends note de tous les oiseaux tombés à la surface de la terre ?
  • Crois-tu encore quand la mort frappe tes bien-aimés ? Crois-tu que je communique force et réconfort même devant la tombe ?
  • Crois-tu encore que je t’aime ? Que je pardonne tous tes péchés passés, présents et que je pardonnerai les péchés futurs, si tu te reposes sur moi avec confiance ? Crois-tu que je te comprends quand Satan dépêche ses messagers contre toi pour insuffler en toi mensonge, doute, peur et culpabilité ?
  • Crois-tu encore être dans la paume de ma main ? Que tu es plus précieuse que l’or pour moi, ton Sauveur ? Que la vie abondante est pour aujourd’hui et la vie éternelle ton avenir ? Qu’aucune puissance ne pourra t’arracher de ma main ? Que je suis affecté par les afflictions et les infirmités que tu subis ? Crois-tu toujours que ces choses soient vraies ?

 De tout mon cœur et avec sa grâce je dis OUI ! « Je crois encore tout cela et bien plus, bien plus encore »

 A toutes ces questions et interpellations,  le Seigneur m’a rappelé la voie royale pour y  répondre positivement car il a lui-même répondu en décrétant : le juste vivra par la foi.

 La foi est notre seul moyen pour affirmer et considérer positivement nos circonstances.

 Eph 2, 8-10 Car c’est par sa seule grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu. Ce n’est pas le fruit d’œuvres que vous auriez accomplies. Personne n’a donc de raison de se vanter. Ce que nous sommes, nous le devons à Dieu.

 1. La foi se reçoit et se dépose dans notre cœur

 Il m’est souvent arrivé de douter. Et quand c’est le cas, Le Seigneur me parle par sa parole et remet de l’ordre dans ma confusion. Il y a 2 textes dans la Bible, dans l’AT et le NT qui se rejoignent, se complètent et m’aident à croire.

Ro 10, 6 à 13 dans la bouche de Paul et  Dt 30, 12 à 14 dans la bouche de Moise

Ro 10, 6-13  Mais voici comment parle la justice qui vient de la foi : Ne dis pas en ton cœur : Qui montera au ciel ? C’est en faire descendre Christ ;  ou : Qui descendra dans l’abîme ? C’est faire remonter Christ d’entre les morts. Que dit–elle donc ? La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur. Or, c’est la parole de la foi, que nous prêchons.  Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé. Car en croyant du cœur on parvient à la justice, et en confessant de la bouche on parvient au salut, selon ce que dit l’Écriture : Quiconque croit en lui ne sera pas confus.  Il n’y a pas de différence, en effet, entre le Juif et le Grec : ils ont tous le même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent. Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

Dt 30, 11 – 14 En effet, ce commandement que je te prescris aujourd’hui n’est certainement pas au–dessus de tes forces ni hors de ta portée.  Il n’est pas dans le ciel, pour que tu dises : Qui montera pour nous au ciel, nous l’apportera et nous le fera entendre, afin que nous le mettions en pratique ?  Il n’est pas de l’autre côté de la mer, pour que tu dises : Qui passera pour nous de l’autre côté de la mer, nous l’apportera et nous le fera entendre, afin que nous le mettions en pratique ?  Cette parole, au contraire, est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique.

Faisons confiance à Celui qui a déposé la foi dans nos cœurs !  Il nous connait si bien. Restons réceptif à ce qu’Il veut nous donner encore !

2. Le juste vivra par la foi Ga 3,11 et Ha 2,4

 La foi est un commandement et une invitation à la fois. Et aussi un don de Dieu !

Sans la foi il est impossible d’être agréable à Dieu. L’écriture rajoute « Mais s’il se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui » He 10,38 

La foi reçue de Dieu doit grandir en nous. Elle doit être « cultivée » et entretenue. C’est par la foi que nous sommes rendus justes devant Dieu. Et c’est donc par la foi, que nous accédons à la sanctification que Dieu désire pour nous. Nous sommes saints en Jésus quand nous lui donnons nos vies. Et pourtant il demeure indéniablement que nous devons grandir dans cette « mise à part »

C’est Pierre dans son épitre qui nous donne cette image de quelque chose d’ascendant, d’étapes à franchir, de progression à vivre :

2 Pi 1,3 à 7  Par sa puissance, en effet, Dieu nous a donné tout ce qu’il faut pour vivre dans l’attachement au Seigneur, en nous faisant connaître celui qui nous a appelés par la manifestation de sa propre gloire et l’intervention de sa force. Ainsi, nous bénéficions des dons infiniment précieux que Dieu nous avait promis. Il a voulu, par ces dons, vous rendre conformes à ce que Dieu est, vous qui avez fui la corruption que les mauvais désirs font régner dans ce monde.

Pour cette raison même, faites tous vos efforts pour ajouter à votre foi la force de caractère, à la force de caractère la connaissance,  à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi l’endurance dans l’épreuve, à l’endurance l’attachement à Dieu, à cet attachement l’affection fraternelle, et à l’affection fraternelle l’amour. 

Car si vous possédez ces qualités, et si elles grandissent sans cesse en vous, elles vous rendront actifs et vous permettront de connaître toujours mieux notre Seigneur Jésus–Christ.

La foi est ce qui fait plaisir à Dieu. C’est par elle que des transformations sont possibles, d’abord en nous et puis autour de nous, pour les autres. C’est aussi une des armes avec lesquelles nous pouvons tenir ferme et résister.

Lisez :

Eph 6,11 Revêtez-vous de TOUTES  les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable
Et 6,13 C’est pourquoi, prenez TOUTES les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Portez cette armure décrite aux Ephésiens : ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice, mettez à vos pieds le zèle pour l’évangile, prenez en toutes circonstances le bouclier de la foi, avec lequel vous pouvez éteindre tous les traits enflammés du Malin ; prenez le casque du salut et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu ; priez en tout temps par l’Esprit……..

C’est sur le terreau de l’épreuve, de l’adversité que la foi grandit. Les circonstances traversées peuvent avoir plusieurs effets : soit on se sent écrasé, démuni et en proie à la peur et au doute, soit on apprend à faire confiance et on s’en relève, touché peut-être, mais plus fort.

L’œuvre de Dieu pour nous aider à résister, à tenir ferme est celle-ci :1 PI 5,10 Le Dieu de toute grâce, qui, en Christ, vous a appelés à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous formera lui–même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.

Le but est d’être rendu capables de résister, fermes dans la foi sans chuter.

Nos expériences de la présence de Dieu et de ses promesses dans les temps difficiles nous confortent, et forgent nos convictions. Paul a affirmé à Timothée : J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.  Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera en ce Jour–là, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront aimé son apparition

3. Pour rester dans la foi et la confiance

 A partir de demain, en ce temps d’urgence sanitaire, certaines restrictions vont être levées. Cependant la prudence, la vigilance restent de mise. Sans donner libre cours à la peur, à une paranoïa collective, restons enracinés dans les promesses de Dieu et la foi de savoir qu’il est le Sauveur du monde, du monde actuel aussi.

Dans Je 4, 42 les Samaritains ont reconnu ceci :  ….et ils disaient à la femme : Ce n’est plus à cause de tes dires que nous croyons ; car nous l’avons entendu nous–mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde.

 Laissez-moi encore vous donner un peu «d’engrais » pour rester dans la confiance et la foi. Dans toute la Parole de Dieu, elle nous affirme et nous donne  des cadeaux.
Cherchez vous-même les références…..si vous voulez approfondir, mais surtout écoutez et laissez  croître votre foi :    

  •  Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres ; prenez garde, ne vous troublez pas
  •  Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse.
  • C’est pourquoi nous sommes sans crainte quand bien même la terre serait bouleversée et que les montagnes seraient ébranlées au sein des mers, quand même les flots de la mer mugiraient, écumeraient et se soulèveraient jusqu’à faire trembler les montagnes.
  • Va, mon peuple, entre dans tes chambres et ferme la porte sur toi ; cache-toi un instant jusqu’à ce que la colère soit passée ; car voici L’Eternel va sortir de sa demeure pour punir les crimes des habitants de la terre.
  • Je me retire à l’ombre de tes ailes, jusqu’à ce que les calamités soient passées
  • Votre vie est cachée avec Christ en Dieu
  • Le juste n’a pas à craindre les bruits malveillants ; son cœur est ferme, plein de confiance en l’Eternel.
  • Je vous ai dit ces choses afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des afflictions dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

 Ayons une foi solide, une confiance aguerrie,  bâti sur des fondements que Dieu a pourvus en nous révélant la pierre angulaire Jésus. Restons confiants et cachés en Christ dans les jours, les mois qui viennent et réjouissons-nous de connaitre le Sauveur du monde.

 Soyez bénis et gardés, bon dimanche à tous,

 Christiane