Tout est pardonné PDF Imprimer Email
Écrit par Bernard S.   

Lorsque j'étais enfant, vers 4 ou 5 ans, à l'école maternelle, j'étais très timide : je n'osais pas parler lorsque la "bonne soeur instit" m'interrogeait. Comme je pleurais et devenais insupportable pour elle, elle m'enfermait dans le placard à balais. Alors je pleurais encore plus ...
J'ai grandi sans histoire jusqu'à 21 ans. Là une amie m'a abandonné. J'ai tellement dramatisé cette affaire que j'ai quitté mes parents et mon boulot, sans toucher un mot à qui que ce soit. J'ai volé 1 000 francs et je suis parti à STRASBOURG.
Les premières nuits j'ai dormi sous les ponts, comme les clochards. Je n'avais aucune volonté d'agir, je me suis laissé aller. Finalement on m'a guidé pour trouver une chambre. J'ai pris contact avec d'anciens copains. Et c'était parti pour me remonter le moral : DROGUE, ALCOOL, VICES de toutes sortes ...

Je priais déjà Dieu car au lycée un copain de l'internat qui lisait souvent la Bible m'avait invité à une soirée d'évangélisation. Ce soir-là j'avais juste compris qu'il était important d'avoir une relation personnelle avec Dieu à travers la prière. Donc de temps à autre je priais.
Mon allocation chômage était de 400 francs par mois, j'avais un loyer de 300 francs environ. Il ne me restait pas grand chose pour vivre. Il y eut une période où je n'avais rien à manger du tout durant quatre jours, je n'avais plus un centime. J'étais triste et abattu. En flânant dans la ville j'ai trouvé 20 francs (Dieu m'avait déjà aidé sans que je m'en rende compte, et c'est aujourd'hui que je le remercie).

Un an plus tard, sur un autre coup de tête, je quitte mon logement et mes copains, sans payer ni prévenir. Et c'est parti pour la route. Mon but, c'était surtout de rencontrer quelqu'un de spécial en qui me confier, peut-être une femme, peut-être un homme ? Je voulais me sentir libre.
"Ma maison de tissu" sur le dos, je pars en auto-stop. Au bout de quelques jours, plus d'argent ; je vends ma guitare. Encore un peu de temps et je suis dans la dèche totale. Un autre routard me ramasse près de Sète et m'aide à trouver un boulot de vendangeur. Nous logions tous les deux sous un pont en plein été. Il me raconte ses aventures extravagantes, ma petite vie ce n'était rien à côté de la sienne. Je notais toutes ses histoires avec les miennes dans un carnet.

Au bout de deux mois, nous avons eu des frictions. Sur une engueulade je le quitte. Il menace de m'agresser avec son couteau. Je continue la route pour aller à Toulouse, là je m'installe et je trouve un nouveau job.
Au bout d'une année, fatigué, j'ai soif de rentrer chez mes parents.

En 1978, de retour chez moi en Alsace je suis étonné que mes parents m'acceptent à bras ouverts. Je me réinstalle. Pourtant, je continue à bâtir ma vie d'orgueil, j'y place pierre sur pierre et un jour je me fais passer pour Jésus-Christ devant mes copains. J'étais sérieux !
Quelques temps plus tard, j'ai trouvé un boulot à Reichshoffen. Je devenais de plus en plus solitaire. Triste, je fumais un paquet et demi de cigarettes par jour. Je suis tombé dans une grande déprime, je voulais absolument me suicider, j'avais constamment un couteau sur moi en espérant trouver le moment favorable pour faire ce dernier geste. J'ai rencontré un collègue de travail, un vrai chrétien, qui m'a guidé à une soirée de projection d'un film et de témoignages. Ce même soir le vrai Jésus frappa de façon miraculeuse à mon coeur. Je sentis des coups, comme si quelqu'un frappait réellement à mon coeur, le tout accompagné d'une drôle de sensation. Je n'ai pas réalisé ce qui s'est passé.

De retour dans ma chambre j'ai prié à genoux "Jésus entre dans ma vie", je n'ai rien senti et je me suis couché.

A partir de ce moment, Jésus-Christ m'a rappelé toutes les choses que j'ai volées, toutes les fois où j'ai menti, les blasphèmes que j'avais dits en me faisant passer pour lui ... J'étais très triste, et le soir en rentrant je pleurais beaucoup. Même des soirs entiers sur mon lit je pleurais ... Puis j'ai réalisé le pardon de Dieu et de nouvelles larmes m'envahissaient, je réalisais tout l'amour que Jésus me donna en pardonnant mes péchés passés. Ce pardon que le Seigneur Jésus me donnait m'a poussé à accepter de rendre l'argent volé, de me réconcilier avec les personnes à qui j'avais fait du tort, à régler devant mes amis les blasphèmes que j'avais proférés.
Au fil de ce cheminement humiliant, j'ai développé une soif incompréhensible de lire la Bible. En l'espace de quelques mois j'ai lu 5 à 6 fois le Nouveau Testament et découvert Jésus personnellement. Auparavant j'entendais parler de lui à travers la bouche du curé, mais cette fois-ci c'était plus motivant de comprendre par moi-même qui il était. Un des premiers miracles que Jésus a fait dans ma vie fut de me libérer de la cigarette.

J'avais déjà essayé sans succès à plusieurs reprises mais cette fois-ci j'ai impliqué Jésus. J'ai prié Jésus de m'aider à arrêter de fumer.

Du jour au lendemain j'ai arrêté. Et tous les jours je priais. Ce n'était pas une mince affaire : le soir j'étais en sueur, je dormais mal ; la journée j'avais des vertiges lorsque je marchais mais au bout d'une semaine la victoire était totale et sans séquelles, sans effets secondaires (pas d'excès de nourriture, pas besoin de sucer des bonbons ...).

Plus tard, j'ai réalisé que c'est Jésus qui a été puni pour mes fautes personnelles.

Dans la Bible une parole de Jésus a confirmé le pardon de tous mes péchés :

"Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes et les blasphèmes qu'ils auront proférés"
(Evangile de Marc - chapître 3 verset 28).

Un second miracle impressionnant que j'ai vécu seul avec Dieu, c'était lorsque je fut rempli du Saint-Esprit jusqu'à ras bord et je fus plein d'amour et je parlais une langue du Saint-Esprit tout seul dans ma chambre, en priant "Seigneur dans ta parole tu dis: en mon nom ils parleront de nouvelles langues et maintenant au nom de Jésus je parle en langue ..."
Jésus m'a délivré de toutes sortes de liens mauvais que j'ai laissé se tisser autour de ma personne à travers les vices et l'occultisme.

Il a fallu plus de 12 ans au Seigneur pour reconstruire ma vie, j'ai souvent chuté, rechuté et me suis découragé en voyant que j'avais besoin d'une nouvelle délivrance, et puis rebelote pour une autre délivrance ... j'étais souvent las et fatigué de retomber dans les mêmes péchés et les mêmes faiblesses mais il me fallait persévérer lourdement et petit à petit surgissait en moi la vie stable de Jésus.

Le Seigneur m'a fait la grâce de me donner une épouse, qui est réellement une aide complémentaire pour moi, et depuis mon mariage le Seigneur m'a accordé d'être un homme plus épanoui. Je n'exagère pas en disant que j'aime le Seigneur Jésus car Il m'a aimé le premier, il m'a beaucoup aimé et je lui suis reconnaissant. En retour je l'aime et lui dédie ma vie. Mon désir profond c'est d'être utile pour Lui et de le servir avec simplicité et avec le même coeur de père avec lequel il m'a aimé.

Bernard S.

Témoignage publié par l'église "AGAPE - Strasbourg" située 9, rue de Niederbronn 67000 - STRASBOURG - © Copyright 2000

 
 

Les News

Infos "membres"

Rendez-vous dans l'espace "membre".
- Nombreuses informations à noter -