Ce qui s’est passé à la Pentecôte (Ac 2) pour les apôtres et les disciples a été une expérience extraordinaire qui fait encore rêver pas mal d’entre nous.
C’était une expérience unique qui cumule bons nombres d’effets surnaturels et de sensations physiques intenses : Combien nous aurions aimé vivre un tel évènement !

  • Un vent impétueux venant du ciel, remplissant toute la maison !
  • L’apparition de langues de feu séparées les unes des autres : Une langue individuelle pour chaque disciple !
  • Le don des langues, immédiatement reconnaissable par les différents peuples réunis ce jour-là à Jérusalem.
  • La sensation d’ivresse.
  • La première prédication de Pierre.
  • Les fruits portés avec une moisson de près de 3000 âmes.

Quelle rentrée en action tonitruante de la part du Saint-Esprit !

Suite à ce qui s’est passé, cela valait vraiment le coup que les apôtres attendent ce que Jésus avait promis ! 

Pourtant en analysant ce que les disciples ont vécu pendant ces trois années où ils ont accompagné Jésus dans son ministère, ils ont eux-mêmes vécus des choses fortes.

Lc 9:1-2  « Jésus, ayant assemblé les douze, leur donna force et pouvoir sur tous les démons, avec la puissance de guérir les maladies. Il les envoya prêcher le royaume de Dieu, et guérir les malades. »

Lc 9:6  « Ils partirent, et ils allèrent de village en village, annonçant la bonne nouvelle et opérant partout des guérisons. »

Mc 6:12-13  « Ils partirent, et ils prêchèrent la repentance. Ils chassaient beaucoup de démons, et ils oignaient d’huile beaucoup de malades et les guérissaient. »

Mt 14:29  Pierre marche sur les eaux pour rejoindre Jésus.

Certains disciples se sentaient pousser des ailes au point de vouloir commander que le feu descende du ciel pour occire un bourg des Samaritains (Lc 9:54). Jésus s’y était bien sûr fermement opposé.

Vu ce que les apôtres ont vécu et expérimenté, cela aurait semblé suffire pour accomplir le mandat donné par le Maître. Et Jésus avait ensuite envoyé 70 autres avec cette puissance de guérison, et ils avaient également expérimenté avec joie que même les démons leur étaient soumis au nom de Jésus.

Nous nous serions bien contentés de ce qu’on vécu les apôtres et les 70 avant la Pentecôte : L’annonce de la bonne nouvelle, accompagnée de guérisons et de délivrances.

Pourtant Jésus demande aux apôtres de rester à Jérusalem et d’attendre le Saint-Esprit.
Lc 24:49  « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. »

Cette promesse, Jésus le révèle particulièrement dans l’évangile de Jean.
Ce message ne va pas faire un cours exhaustif sur le Saint-Esprit, mais voici un bref rappel :
Un autre consolateur : Jésus ne nous laisse pas seul, mais le Saint-Esprit, l’Esprit de Jésus habite éternellement en nous.

Jn 14:16-17  « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »

  • Ce consolateur est là pour nous enseigner, et nous rappeler la parole de Dieu.

Jn 14:26  « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. »

  • L’Esprit de vérité nous ait donné pour rendre témoignage de Jésus.

Jn 15:26-27  « Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi ; et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement. »

  • Le Saint-Esprit agit pour préparer les cœurs !

Jn 16:7-8  « Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai. Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement. »

  • Le Saint-Esprit est venu pour glorifier Jésus, pour prendre ce qui est à Jésus, et pour annoncer les choses à venir

Jn 16:13-15  « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi ; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera. »

  • Il y a un parallèle entre le ministère de Jésus et celui du Saint-Esprit.
  • Tous les 2 sont des consolateurs
  • Tous les 2 sont des enseignants
  • Tous les 2 sont vérités : Jésus est la vérité, et le Saint-Esprit est l’Esprit de vérité.
  • Jésus a été envoyé par le Père, et le Saint-Esprit également. Dieu nous en a fait don.
  • Jésus témoignait de qui est le Père, et le Saint-Esprit rend témoignage de Jésus.
  • Le Saint-Esprit prépare les cœurs pour recevoir le témoignage de Jésus et de Son œuvre, comme Jean-Baptiste a été envoyé pour préparer le peuple à recevoir le Messie.
  • Le Saint-Esprit dira tout ce qu’il aura entendu, comme Jésus le faisait et disait les paroles du Père (Jn 8:40).

    Ne négligeons pas le Saint-Esprit dans ce qu’Il est, dans Sa personne et Sa nature divine ! Et entretenons une relation intime avec Lui : Il habite en nous ! Nous savons que nous pouvons l’attrister, et même l’éteindre.

C’est par Lui que nous pouvons crier : « Abba ! Père ! ». (Ro 8:15)
C’est par Lui que nous pouvons dire que Jésus est Seigneur. (1 Co 12:3)

Au vu de ces quelques points, nous pouvons mieux comprendre pourquoi il était avantageux que Jésus s’en aille, afin que le Saint-Esprit soit répandu sur la terre, et vienne demeurer éternellement avec nous.

Encore une fois ce que représente le ministère du Saint-Esprit ne peut se résumer à ces quelques lignes. Mais citons au moins un autre bénéfice tellement primordial de ce qu’il fait : Le don de prophétie qui nous est donné pour exhorter, édifier et consoler, ce que les apôtres n’expérimentaient pas tant que Jésus était avec eux.

Les apôtres et les disciples ont dû attendre la puissance d’en haut, avant d’entreprendre quoique ce soit !
Ils connaissaient le mandat, mais ce qu’ils avaient déjà reçu ne suffisait pas pour se mettre en action.
Ils ne savaient pas comment ça allait se passer !
Il fallait qu’ils attendent, et c’est ce qu’ils ont fait, en vivant de la façon suivante :

  • Ils sont restés ensemble
  • Ils ont persévéré dans la prière
  • Ils étaient ouverts et ont accueillis d’autres disciples, à tel point qu’avant la Pentecôte, ils se sont retrouvés à 120.

Je pense que nous aspirons à vivre une nouvelle Pentecôte.

Pour la majorité d’entre nous, nous avons reçu le baptême dans le Saint-Esprit. Et nous vivons certaines choses avec l’Esprit.

  • Le parler en langues : Mais l’utilise-t-on autant qu’il ne le faudrait ?
  • Le don de prophétie : Mais est-ce que nous y aspirons réellement ? Et quand nous recevons quelque chose, l’exerçons-nous pour que tous puissent en tirer bénéfice ?
  • Le don des guérisons : Mettons-nous réellement en action notre foi ? Et osons-nous exercer cela envers les non-croyants ?
  • La délivrance : Cela devrait-être naturel de manifester la puissance de chasser les démons. D’ailleurs, c’est le premier miracle cité dans Mc 16:17. Mais nous vivons cela de manière timorée, pour ne pas dire l’inexistence de cette pratique qui n’est pourtant pas réservé qu’aux ministères.
  • Et je ne parle pas des autres dons ! Où est la puissance promise pour le témoignage ?

Nous avons été baptisés du Saint-Esprit, et pour ceux qui ne l’ont pas encore reçu, il suffit de le demander à notre Père qui le donnera à celui qui le lui demande (Lc 11:13). Mais nous vivons parfois comme si nous ne l’avons pas reçu, ou comme s’il était étouffé.

 Il est possible de vivre une nouvelle Pentecôte, sous la forme d’une nouvelle visitation du Saint-Esprit comme il l’a fait pour les disciples dans Ac 4:23-31.

Cela s’est fait dans un contexte particulier de persécution et de menaces, alors même qu’ils avaient manifesté la puissance de Dieu sous la forme de la guérison d’un boiteux.

Cela s’est fait alors qu’ils étaient tous ensemble, ils ont prié, ils ont proclamé la parole, et ils ont affiché la ferme volonté de continuer à témoigner malgré les menaces, en demandant qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges au nom de Jésus.

Ils n’ont pas demandé la protection de Dieu : Ils voulaient continuer à accomplir le mandat qui leur a été confié !

 Quel est l’état de notre assemblée aujourd’hui et que pouvons-nous demander au Seigneur ?

Nous ne faisons pas l’objet de menaces particulières ni de persécution ouverte !

Mais nous avons à nous humilier face à notre timidité dans l’exercice des dons et la libération de la puissance qui est en nous !

Quand les Ecritures disent que ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné
(2 Ti 1:7), ce n’est pas seulement une timidité dans le témoignage verbal qui est souligné, mais c’est une timidité dans la démonstration d’Esprit et de puissance que nous devrions manifester (2 Co 2:4).

Il est encore possible et il est encore temps de se réveiller, et d’aller avec la force que Dieu nous a donnée.

Jésus a accompli son ministère sur la terre. Et il continue à travailler pour nous, intercédant en notre faveur (Ro 8:34).
Il a donné Sa vie de Lui-même.

 J’ai cette pensée que le Saint-Esprit avait hâte d’accomplir Son ministère, d’être répandu sur la terre et de visiter ceux qui appartiennent à Christ pour y faire Sa demeure et nous accompagner dans les œuvres préparées d’avance.
Nous ne sommes pas orphelins mais nous avons cette dynamite en nous pour être les témoins de Jésus.

Et si nous nous sommes laissés gagner par une forme de léthargie, nous pouvons prier tous ensemble, proclamer la promesse de Dieu avec ce désir de rendre témoignage à notre Seigneur et s’attendre à une visitation du Saint-Esprit, sous la forme qu’il décidera.

C’est Lui le Maître de la moisson.

 Soyez bénis en Jésus-Christ, et je citerai ces derniers versets :

Ep 3:20-21  « Or, à celui qui peut faire, par la puissance qui agit en nous, infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons, à lui soit la gloire dans l’Eglise et en Jésus-Christ, dans toutes les générations, aux siècles des siècles ! Amen ! »

 Lucien